Technologie de la santé – qu’il s’agisse d’applications ou de soins virtuels, les participants sont prêts à recourir davantage à la technologie

Technologie de la santé – qu’il s’agisse d’applications ou de soins virtuels, les participants sont prêts à recourir davantage à la technologie

Voici le dernier article de notre série Regard sur le Sondage Sanofi. Cette série de sept d’articles vise à vous présenter certains points saillants des résultats de l’édition de 2020 du Sondage Sanofi Canada sur les soins de santé.

Les Canadiens sont prêts à adopter la technologie pour gérer leur santé. Le Sondage Sanofi a été réalisé avant le début de la pandémie de COVID-19, à un moment où déjà 71 % des participants étaient disposés à utiliser les soins virtuels. En fait, selon les résultats du sondage, l’utilisation des appareils et des applications numériques par les participants pour des raisons liées à la santé et à la condition physique s’est accrue de 21 % depuis 2015.

Depuis le début de la pandémie, la demande pour les soins de santé virtuels a considérablement augmenté et les possibilités d’amélioration de la gestion de la santé en général offertes par ces soins sont manifestes. Les soins virtuels et la technologie présentent de nombreux avantages pour la gestion de la santé, l’accessibilité étant sans doute le plus important. Si les délais d’attente pour consulter un médecin de famille sont souvent longs – selon les résultats du sondage, seuls 18 % des participants peuvent obtenir un rendez-vous en personne avec leur médecin de famille le jour même ou le lendemain, la majorité (41 %) devant attendre de 2 à 5 jours –, les soins virtuels peuvent souvent être fournis dans les heures suivant la prise de contact initiale. Plus des deux tiers (69 %) des participants ont déclaré qu’il n’est pas pratique pour eux de se rendre chez leur médecin pour faire renouveler leurs ordonnances, révélant ainsi une autre possibilité de soins virtuels. Les participants ne sont plus limités aux évaluations téléphoniques effectuées par les autorités sanitaires de leur province ou dans le cadre d’un programme d’aide aux employés, et la course pour répondre à la demande accrue pour les soins de santé virtuels est lancée.

L’avenir des soins de santé virtuels présente incontestablement un énorme potentiel pour l’ensemble des parties prenantes. En ayant accès sur demande, par texto ou par visioconférence, à des infirmières praticiennes, à des médecins et à des thérapeutes, les participants peuvent recevoir rapidement les soins dont ils ont besoin. Cette solution est également avantageuse pour les employeurs si les pertes de temps et de productivité peuvent être évitées.

En regardant de plus près les 71 % d’employés disposés à utiliser les soins virtuels, on remarque que ce pourcentage est encore plus élevé chez les 18-34 ans et dans les organisations qui favorisent une culture du mieux-être. Il est difficile pour les employeurs de créer une culture fortement axée sur le mieux-être en mettant simplement en place des produits et des services. Les promoteurs de régime doivent plutôt s’assurer que toutes les composantes de leur programme d’avantages sociaux sont cohérentes et en phase avec une stratégie de santé et de mieux-être réfléchie.

Les promoteurs de régime devraient tirer parti de la tendance en matière de soins virtuels en encourageant l’utilisation de l’évaluation des risques pour la santé, offerte par leur courtier, leur assureur ou un tiers fournisseur. Cette évaluation fournit des données pertinentes qui peuvent servir à évaluer la santé, le bien-être et le mode de vie des employés, ce qui permet aux organisations de comprendre les facteurs de risque en général. Il est important que les employeurs connaissent les solutions virtuelles à leur portée, choisissent un produit qui répond aux besoins de leurs employés et communiquent ouvertement les éléments de ce produit.

La pandémie de COVID-19 s’est révélée le test ultime dans presque tous les aspects de notre vie, y compris la façon dont nous accédons aux soins de santé. À l’évidence, les options de soins de santé virtuels ont relevé ce défi avec brio, le taux de satisfaction des utilisateurs canadiens étant de 91 %[i]. En outre, People vous connecte, le service de thérapie virtuelle exclusif de La Corporation People, a vu son utilisation augmenter de 177 % au début de la pandémie.

Pour les ennuis de santé courants, les services virtuels peuvent éliminer bon nombre d’obstacles auxquels les participants se heurtent habituellement (longs délais d’attente, déplacements et absence de médecin de famille, entre autres). Ils ont d’ailleurs démontré leur efficacité dans les moments les plus difficiles. Le temps est venu pour les employeurs de mettre ces services à profit pendant que les participants font preuve d’enthousiasme à leur égard et que les taux d’adoption augmentent.

Le présent article a été rédigé par Brendan Hickey, directeur principal, Solutions de santé à La Corporation People, avec l’éclairage de Shannon Darvill, conseillère chez Silverberg Group, une entreprise de La Corporation People, et membre du conseil consultatif du Sondage Sanofi Canada sur les soins de santé.

[i] https://www.benefitscanada.com/news/canadians-cite-91-satisfaction-rate-with-virtual-health-care-survey-146821 (en anglais)