Bénéficiez d’une approche humaine.

La prochaine vague

Je suis contrariée. Nous sommes inondés d’informations – conseils pour garder la santé et atténuer le stress psychologique, outils gratuits, articles à lire, consignes à suivre; on va même jusqu’à nous dire de ne pas rester en pyjama toute la journée. Or, les ventes d’alcool sont en hausse et l’exercice est en perte de popularité. Nous sommes tristes, inquiets, stressés et apeurés. L’envie d’enfiler mon pyjama est forte. Même si nous savons ce que nous devons faire, nombreux sont ceux qui n’y parviennent pas.  

Récemment, la chaîne CTV News a affirmé que la pandémie actuelle de COVID-19 serait suivie d’une vague de troubles mentaux, comme une réplique suivant un tremblement de terre. On prévoit en effet que ces mois d’isolement, de stress, d’angoisse et de peur auront de lourdes répercussions sur nous. Cette réplique fera suite au traumatisme psychologique causé par la maladie ou la perte d’un proche, de notre emploi, de notre logement ou de notre sécurité financière. « À long terme, nous observerons une augmentation des cas de dépendance, de dépression et de divorce. » [1]

Nous traversons une période difficile. Cette pandémie a bouleversé nos vies et de nombreuses personnes mettront du temps à s’en remettre. Même si nous évitons les problèmes financiers et gardons la santé, la COVID-19 aura de graves conséquences sur notre économie et nos collectivités.

Ce que nous éprouvons s’apparente à ce que l’on peut observer en cas de deuil ou de traumatisme. Un deuil ne survient pas uniquement quand nous perdons une personne qui nous était chère. Il peut aussi être occasionné par la disparition d’un emploi, d’une certaine liberté ou d’un mode de vie. Selon diverses études, le deuil est un processus comportant divers stades, dont le choc, le déni et la négociation. Nous refuserons d’abord de reconnaître la situation et nous nous opposerons à cette nouvelle réalité.  Ensuite nous éprouverons de la lassitude et nous serons peut-être même déprimés, mais nous finirons par lâcher prise et accepter notre nouvelle vie.

Les études sur les traumatismes montrent que nous ne savons pas trop comment réagir devant l’inconnu. Nous pouvons ressentir un sentiment d’impuissance et notre inquiétude peut entraîner de la confusion, des réactions émotives intenses, de la colère, de l’insomnie et de l’irritabilité. Sans la possibilité d’assimiler et de digérer correctement les événements inattendus et les émotions vives, nous risquons de développer plus tard divers symptômes, dont les suivants :

  • impression de récurrence de l’expérience traumatique vécue (phénomène parfois appelé flash-back);
  • volonté d’éviter les pensées, les émotions ou les conversations concernant l’expérience vécue;
  • perte d’intérêt pour des activités positives auparavant jugées importantes;
  • difficulté à éprouver des émotions positives telles que le bonheur ou l’amour;
  • sentiment de vigilance constante ou impression d’être sans cesse sur le qui-vive.[2]

Nous serons peut-être traumatisés. Nous devrons aussi faire le deuil, en isolement, de tout ce que nous avons perdu. Mis ensemble, ces facteurs contribueront à créer cette réplique de problèmes de santé mentale qu’on nous prédit. Il est essentiel que les personnes ayant besoin d’aide reçoivent un soutien immédiat. Les services de thérapie offerts par des professionnels peuvent atténuer les risques de maladie dans l’avenir. Nous devrions aussi :

  • accepter les sentiments que nous éprouvons en ces temps difficiles;
    • exprimer nos émotions, ce qui nous permettra de constater qu’elles sont largement partagées;
    • consulter des professionnels accrédités* dans le cadre de séances de thérapie virtuelle;
    • utiliser les modules et les outils d’apprentissage gratuits qui nous sont offerts;
    • discuter de nos difficultés et de nos réflexions avec nos parents et amis;
    • utiliser notre programme d’aide aux employés (pour ceux qui en ont un); les services offerts peuvent être obtenus virtuellement;
    • être à l’affût des problèmes de santé mentale, surtout pour ceux qui en ont eu dans le passé;
    • nous soutenir mutuellement, sachant que nous éprouvons tous les mêmes émotions.

Si vous présentez des symptômes graves ou si vous craignez de devenir une menace pour vous-même ou pour les autres, appelez immédiatement le 911.

Judy Plotkin, M.T.S., vice-présidente, Solutions de santé, La Corporation People

[1] Roger McIntyre, professeur de psychiatrie et de pharmacologie, CBC News, 4 avril 2020 (en anglais)

[2] La Fondation LifeLine Canada (TLC) : https://thelifelinecanada.ca/fr/resources/ptsd/

We're ready to help. With COVID-19 top of mind, we're committed to keeping you informed. Learn More.
Nous sommes prêts à vous aider. La COVID-19 étant une priorité, nous sommes déterminés à vous tenir informés. Précisions.
close